La danse de l’enfantement [Visualisation]

J’ai envie de partager avec vous cette visualisation qui propose un tout nouveau regard sur l’enfantement et ses douleurs. Bienvenue au bal de la naissance et bonne lecture !

Mon amie,

tu as la chance d’accueillir un enfant en ton sein et de le porter vers la vie. C’est un évènement unique dans la vie d’une femme, tissé de joies et de peines, de certitudes et de craintes, d’envies et de rejets : ambiguïtés de la vie.

Laisse-toi porter, laisse-toi bousculer, sens-toi algue dans la mer, bercée ou malmenée par les flots. L’algue est bien enracinée dans le sol, comme toi dans la vie.

Laisse-moi te raconter l’histoire de l’enfantement.

Cela fait un temps déjà que tu sais que l’enfant que tu portes peut pointer le bout de son nez, tu t’y es préparée. Mais cela nous prend toujours un peu au dépourvu. C’est d’abord un point d’interrogation (est-ce que c’est ça ?) avec des craintes un peu comme si on avait le trac. A un moment c’est une certitude, là au plus profond du ventre (c’est ça !). Avec cette certitude arrive le calme, les dés sont lancés, il convient de se laisser porter : alea iacta est !

Le temps s’arrête, l’extérieur n’existe plus, l’espace est intérieur. Les contractions arrivent comme les vagues, dans un va-et-vient régulier qui rythme le silence. Elles te ballottent, t’habitent, impulsent un mouvement à ton corps. Le rythme est là, la danse peut commencer. C’est une danse de couple où ton partenaire est la douleur, partenaire enveloppant et aimant aussi bien qu’exigeant, qui dicte chacun de tes pas. Ecouter, accueillir, te laisser mener, t’adapter, ne pas lui résister. Sois sans craintes. Il prendra le temps pour que tu fasses sa connaissance, que tu te familiarises avec la musique, que tu te laisses habiter par le rythme.

C’est quand il te sentira prête qu’il t’emportera un peu plus loin, un peu plus vite. Lâche ta nuque, lâche tes épaules, desserre tes mâchoires, lâche tes reins, laisse le mouvement prendre possession de tes hanches. Ferme les yeux et surtout ne perd pas le rythme. N’aie pas peur, il connaît tes limites mieux que tu ne les connais. Il sait où il te mène : il te mène vers la mère. Profite de chaque temps de calme pour reprendre ton souffle et accepte qu’il t’emmène de nouveau un peu plus loin, un peu plus vite, un peu plus fort. Concentre-toi sur sa présence, ses bras qui te tiennent, t’enveloppent et te soutiennent. Ne les prends pas pour une prison, n’oublie pas qu’ils sont aimants. Leur but est de t’aider à faire le voyage, de t’aider à tourner la page, de t’aider à plonger. Parfois il te lâche pour mieux te faire tourner et il te rattrape au bon moment, avant que tu ne perdes l’équilibre. Petit à petit tu prends confiance, il t’en laisse le temps.

Quand il te sentira prête, il te lâchera, au moment où la danse est la plus endiablée … Sauras-tu danser seule ? Sauras-tu retrouver ton équilibre ? Tu as à peine le temps d’avoir peur que tu découvres un nouveau partenaire qui t’attrape au vol : c’est ton bébé qui est là dans ton intime et qui te guide vers lui. Finie la danse, ce n’est plus la même musique ! Tu sens cette force qui te propulse vers l’avant, vers l’avenir, vers la rencontre. Regarde, il est là sous ta main, sous tes doigts, accueille-le, prends-le dans tes bras : c’est ton tout petit !

Une autre danse commence, celle de la mère. Tout juste né il est déjà ton partenaire, laisse-toi guider. Il n’y a pas plus aimant et plus impitoyable partenaire. Il n’y a pas plus belle histoire d’amour. Va, fais-lui confiance !

Ton amie

Tiré du livre “J’accouche bientôt, que faire de la douleur” de Maïtie Trélaün

Recevez gratuitement notre guide "Vivez la naissance de vos rêves"

privacy Vos données sont 100% sécurisées et ne seront jamais partagées.

Related Post

Leave A Response

* Denotes Required Field